page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution
La gélifraction
définition
fonctionnement
saisons
formation
classification
érosion
hydrologie
concrétions
jura vaudois

Dans les glacières naturelles, la gélifraction semble très efficace vu le nombre importants de gélifracts accumulés dans la rimaye, sur la glace ou pris à l'intérieur de celle-ci. Elle s'explique grâce à la présence d'un air proche de la saturation qui assure une efficacité optimale de chaque cycle et de l'intrusion successive d'air froid en hiver qui affecte les parois rocheuses situées juste en contre-bas des orifices.

gélifracts à St-George
(photo: D. Brulhart - 10.09.97)
gélifracts à St-Livres
(photo: D. Brulhart - 10.09.98)

Au fond des gouffres, le nombre de cycles de gel/dégel est restreint en raison de la stabilité des températures. Pancza en a mesurés neuf dans la glacière de Monlési (Jura neuchâtelois); dans la glacière de Saint-Livres, nous en avons observés cinq. Ils ont lieu essentiellement en automne, entre l'été et l'hiver souterrain.


impact érosif des glacières
dissolution


 
plan du site contact bibliographie liens haut