page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution
érosion
définition
fonctionnement
saisons
formation
classification
érosion
hydrologie
concrétions
jura vaudois

Les glacières semblent bénéficier d'une évolution morphologique plus rapide que les autres gouffres grâce à la présence en permanence de glace. Celle-ci agit en effet sur:

la dissolution

qui corrode les parois rocheuses
la gélifraction qui les débite

Critère morphologique

Cette érosion accentuée a été observée dans certaines glacières jurassiennes aujourd'hui disparues. BARON (1969) cite le Creux-à-Rochat (542.775/194.225) et le Creux-à-Boillet. (543.325/194.050), situés dans la commune de Provence (Vaud, Suisse), qui possèdent toutes deux une forme évasée, en forme de cloche ou de bourse.

Toutefois, notons qu'une érosion accélérée peut également participer à la disparition des glacières, car en s'élargissant, les parois rocheuses finissent souvent par s'effondrer, par communiquer avec un autre conduit, et de ce fait par modifier à plus ou moins long terme leur microclimat.

Impact sur la morphologie régionale du Jura

L'impact érosif des glacières reste essentiellement local; il est insignifiant sur la morphologie régionale en raison du faible nombre de glacières (PANCZA 1991). Toutefois, durant les refroidissements pléistocènes, il est probable que la plupart des cavités karstiques du Jura étaient abritées d'une lentille de glace. Celles-ci ont peut-être contribué à l'effondrement du toit de certaines cavernes, et à l'apparition de dolines d'effondrements.

 
plan du site contact bibliographie liens haut