page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution
surexploitation
tardiglaciaire
postglaciaire
cause
st-george
bilan
conclusion

Lorsque l'extraction de la glace est supérieure au renouvellement naturel, les glacières régressent petit à petit jusqu'à disparaître totalement.

Chaux-les-Passavant

Au XVIe siècle, les moines de l'abbaye de la Grâce-Dieu l'exploitent de manière excessive. Plus de 300 tonnes de glaces sont extraites chaque été. A la suite de deux ou trois hivers plus doux, ils sont contraints d'apporter au fond du gouffre la glace des étangs et des rivières gelées afin de garantir une quantité de glace suffisante pour leurs besoins quotidiens.
Au XVIIIe siècle, les habitants de la province disposent librement de la glacière et s'approvisionnent sans modération. L'autorité accentue les dégâts en 1727 en prélevant trois magnifiques colonnes de glace d'environ 30 mètres de haut pour subvenir aux besoins de l'armée de la Saône sous le commandement du Duc de Lévi. L'année suivante, la glacière est pratiquement vide et toute la région de Besançon souffre d'une pénurie de glace. En 1736, des mesures de protection drastiques sont prises: la glacière est emmurée, fermée à double tour. M. de Cossigny, ingénieur en chef à Besançon entreprend une étude en 1743. Il constate avec stupéfaction que la glace remplit toute la base de la cavité et que des colonnes s'élèvent à nouveau majestueusement. En moins de dix ans, la glacière est parvenue à se reconstituer. Par la suite elle subit néanmoins de nouveaux dégâts car elle est exploitée sans autorisation préfectorale.

autres facteurs de régression


climat bâchage surexploitation
inondations désobstructions tourisme
déboisements effondrements  

 

 
plan du site contact bibliographie liens haut