page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution
bâchages
tardiglaciaire
postglaciaire
cause
st-george
bilan
conclusion

En bâchant une glacière dynamique à glace de névé, on empêche la neige de s'y accumuler et l'air froid de s'y précipiter durant l'hiver. En d'autres termes, on réchauffe la cavité tout en limitant entièrement le renouvellement de la glace.

la glacière du Creux d'Enfer de Druchaux

Les spéléologues ont recouvert volontairement l'entrée du gouffre entre 1986 et 1989. En 1986, le niveau supérieur de la glace était visible depuis le bord de la cavité et les plus téméraires sautaient à pieds joints sur le névé; il devait se situer entre -5 et -10 mètres. Quatre ans plus tard l'épaisseur de la glace avait diminué des trois quarts (MAILLEFER & JEANNIN 1991). Si l'orifice est aujourd'hui découvert, la glace est loin d'avoir récupéré son volume passé. Il ne restait plus que 2 mètres de glace en 1998 (communication orale de S. Godin). Il est donc peu probable qu'elle parvienne à se reconstituer sous les conditions climatiques actuelles.


(modifié d'après MAILLEFER & JEANNIN 1991)

autres facteurs de régression
climat bâchage surexploitation
inondations désobstructions tourisme
déboisements effondrements  
 
plan du site contact bibliographie liens haut