page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution

tourisme


exploitation
glacières artificielles
naturalistes
spéléologues
tourisme
croyances

Après plusieurs siècles d'exploitation et d'exploration, certaines glacières jurassiennes ont su trouver un domaine de reconversion dans le tourisme.

Le Jura vaudois

Dans le Jura vaudois, les glacières naturelles n'ont jamais véritablement été développées à des fins touristiques; elles ne restent qu'un attrait pour le promeneur attentif et téméraire. Quelques unes d'entre elles sont mentionnées sur les panneaux du tourisme pédestre, sur les cartes de l'office fédéral de topographie et sont équipées d'échelles, remises en état périodiquement.

panneau au village de St-George
(photo: D.Brulhart - 28.04.98)
panneau à quelques mètres de la glacière
(photo: D.Brulhart - 28.04.98)

échelles à St-Livres
(photo: D. Brulhart - 20.07.97)

échelles à St-George
(photo: D. Brulhart - août 1998)

Au début du siècle, la glacière de Saint-George constituait néanmoins une excellente attraction touristique, et de nombreux vacanciers séjournaient au village de Saint-George afin de visiter son étrange glacier souterrain. Actuellement la notoriété de la glacière a quelque peu diminué; seule une centaine de visiteurs s'y rendent chaque année (BARON 1969).
Des visites à la glacière de la Genolière sont parfois organisées à titre bénévole. D'importants travaux de déblaiement ont notamment été entrepris afin de rendre au site son caractère originel.

Chaux-les-Passavant

Cette glacière a été pendant de nombreux siècles l'une des plus belles du massif jurassien. De nombreux rapports témoignent des magnifiques concrétions qui ornaient autrefois le plancher de la caverne. Située à basse altitude et à proximité des habitations, les paysans comprirent vite le rôle économique que cette glacière pouvait jouer. Au milieu du XIXe siècle déjà, le montant s'élevait à 20 centimes (BROWNE 1865) pour pénétrer dans la glacière. Il était de quatre sous au tournant du siècle (BALCH 1900). En 1998, cette glacière faisait toujours l'objet d'une exploitation touristique pour le prix de 28 F, avec un seuil de rentabilité s'élevant à 25'000 visiteurs par an. On y trouve aujourd'hui des restaurants, un point d'accueil, des dépliants, et même des renseignements sur minitel, autant d'astuces pour promouvoir les beautés de ce sixième continent.

Canon à neige à Chaux-Les-Passavant (photo: D. Brulhart - août 1998)

escaliers d' accès
(photo: D. Brulhart - août 1998)

De nombreux efforts ont été entrepris pour assurer le caractère exceptionnel du site. Au XVIIIe siècle, des fagots de forme variée ont été installés au fond de la caverne. Recouverts peu à peu d'une épaisse couche de glace, ils ont permis de créer artificiellement plusieurs piliers de glace. Ces structures existent encore et on peut les aperçevoir en automne.
D'autres subterfuges ont été entrepris. Pour assurer la pérennité de la glacière en régression depuis quelques décennies, les propriétaires sont contraints aujourd'hui d'utiliser des canons à neige.
 
plan du site contact bibliographie liens haut