page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution

La théorie du froid


exploitation
glacières artificielles
naturalistes
spéléologues
tourisme
croyances

La théorie du froid de l'hiver est formulée à plusieurs reprises, mais sans véritablement convaincre les scientifiques de l'époque.

Les Précurseurs

Des Boz en 1726, puis De Cossigny en 1743 conçoivent que la glace provient du froid, mais sans pour autant préciser la manière dont elle se forme.

Le genevois Prevost est le premier à reconnaître en 1769 que la gelée s'y produit en hiver.

En 1796, le médecin Oudot, puis Girod-Chantrans arrivent aux mêmes conclusions en observant l'évolution des concrétions de glace à Chaux-les-Passavant.

Puis Deluc démontre globalement les échanges thermiques entre l'extérieur et l'intérieur de la caverne en 1822. Sa théorie est écartée car on lui reproche ses méthodes, trop théoriques, et le manque de clarté de son exposé.

La théorie du froid l'emporte

Thury vient confirmer les observations de son prédécesseur vingt cinq ans plus tard. Depuis cette date, les recherches convergent de plus en plus et les partisans de la théorie du chaud se font rares.

A la fin du XIXe siècle, les connaissances s'affinent. On notera les ouvrages de BROWNE (1865), de TROUILLET (1865) et de BALCH (1900) qui livre un état de la question à l'échelle mondiale. Mais l'arrivée des frigidaires amorce un désintérêt vis à vis des glacières et l'intérêt porté durant les siècles passés s'estompe quelque peu.

 
plan du site contact bibliographie liens haut