page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution

Exploitation à Saint-Livres

exploitation
glacières artificielles
naturalistes
spéléologues
tourisme
croyances
La glacière de St-Livres fut exploitée au cours du XIXe et jusqu'au début du XXe siècle; quelques-uns des vestiges de ses installations sont encore visibles de nos jours. On observe notamment de la ferraille, des anneaux, le reste d'un rail emprisonné dans la glace et même de vieilles chaussures cloutées.
    Vieille chaussure recouverte de givre en janvier 1998 (photo: S. Godin)

Document historique

Sur la base d'une lettre écrite en 1863 par le paysan de la glacière, on en déduit les coûts et les bénéfices du commerce de la glace. La lettre a été reproduite telle quelle.

Mon cher Monsieur Browne, j'ai beaucoup tardé à vous écrire les détails promis, sans doute je ne voulais pas vous oublier, nous sommes affligés dans nôtre maison ma femme est gravement malade ce qui me donne beaucoup de tourment jour et nuit, enfin ce n'est pas ce qui doit faire nôtre entretient.

En 1863. Nous avons exploités comme suit. (Dépenses.)

Août 27

10 journées pour confectionner les Échelles et les poser.

Août 29

3 journées pour couper la glasse.

Août 31

11 journées pour sortir la glasse avec les hôtes

Septembre 1

4 chars a deux chevaux pour amener la charge a deux: dès St. Georges à Gland. Plusieurs autres journées pour accompagner les chars. 70 pots de vin bu en faisant ces chargements. Pour trois cordes pour se tenir.

Septembre 2

Trois journées pour couper.

Septembre 3

12 journées pour sortir.

Cher Monsieur, je ne vous ai pas mis le prix de chaque article; ni tout-à fait tous les travaux mais pour vous donner une idée, je veux vous donner connaissance du coût général des dépenses pour deux chargements s'élève à 535 francs. Je vous donne aussi connaissance de la quantité de glasse vendue 235 quintaux a 3 francs, qui produit 705 francs reste net sur ces deux chargements 175 francs : par conséquent mon cher Monsieur je n'ai pas besoin de vous donner les détails des chargements suivants c'est a peu près les même frais, et la quantité de glasse aussi. Nous en avons refait trois chargement : Un le 15 Septembre, 2 le 13 Octobre et 3 le 14 Novembre

Cela comprend toute l'exploitation de 1863.

Vous m'excuserez beaucoup de mon retard. Je termine en vous présentant mes respectueuses salutations. Vous n'oublierez pas ce que vous m'avez promis.

St. Georges, le 24 Juillet 1864. Dimanche.

Jules Mignot.


Les échelles étaient donc changées fréquemment, peut-être même chaque année car le bois utilisé finissait rapidement par se briser dans une atmosphère aussi fraîche et humide que celle d'une glacière.

Deux ouvriers se mettaient ensuite à tailler la glace. Il fallait à peu près quatre fois moins de temps pour la couper que pour la sortir de la cavité.

Extraction de la glace à Saint-Livres
(GODIN 1998)

Une fois les blocs extraits, une dizaine d'ouvriers portaient la marchandise et la chargaient sur des chars. Le travail s'effectuait en automne et il comprennait plusieurs livraisons. Le paysan reçevait en moyenne trois à quatre francs le quintal à Gland, et cinq à Genève.
Quelques villageois racontent encore que la glacière de St-Livres était exploitée par l'entreprise Beau Regard pour les brasseries lausannoises au début du XXe siècle. La glace était alors stockée à Bière, dans des hangars situés en face de l'Hôtel du Jura.


lieux frais commerce de la glace Saint-Livres
sources d'eau glace de glacier Saint-George
carrières de glace glace de lacs et rivières Autres glacières

 

 
plan du site contact bibliographie liens haut