page d'accueil
présentation des glacières et des hommes évolution
exploitation à Saint-George
exploitation
glacières artificielles
naturalistes
spéléologues
tourisme
croyances

L'exploitation débuta probablement vers 1797 (PICTET 1822) et se prolonga activement jusqu'au milieu du XIXème. Elle continua de manière plus sporadique durant le dernier tiers du XIXème et s'achèva finalement à la veille de la Première Guerre mondiale. A cette époque, elle était exploitée par l'entreprise Del Marco de Lausanne (la Boussole No 35).

C'est à l'américain Boyle en 1872 puis au suisse Pictet en 1874 que l'on doit l'invention du système de réfrigération préludant l'apparition du frigidaire en 1918 qui mettra un terme à l'exploitation des glaces naturelles. A cette époque, tout le monde ne possèdait pas encore de frigo et quelques villageois venaient encore s'approvisionner en glace pour leur usage personnel ou pour les fêtes de village.

Location de la glacière

La glacière de Saint-George fut essentiellement louée par des paysans ou par des tenanciers d'auberges. Elle était généralement louée au plus offrant. Le prix de location serait modeste d'après BROWNE (1865) et reviendrait à six ou sept cent francs pour neuf années d'exploitation. En 1854, M. Emery, le locataire en question demanda une réduction du prix. La municipalité la lui accorda et la glacière lui revint à 30 frs par année.

Accès à la glacière

Jusqu'en 1903, on accèdait à la glacière par des sentiers. Fortement pentus par endroits, ces lançoirs, dans le jargon du forestier servaient à faire glisser les troncs. Une route forestière fut finalement construite du village de Saint-George à la route du Marchairuz en passant par le pâturage du Pré de Rolle au début du XXe siècle.

Aménagements

L'exploitation s'effectua d'abord par l'orifice oriental. Des échafaudages en rondins de bois, des plates-formes et des échelles en facilitaient l'accès. Suite à un glissement de la masse de glace, ces premières installations s'effondrèrent. L'accès fut alors aménagés par le deuxième orifice, probablement au milieu du XIXe siècle avec deux plates-formes en bois et trois échelles. Tout était construit sur place. Les longues perches étaient en sapin, les pachons (échelons) en épicéa; les perches étaient simplement équarries, les finitions grossières.

Origine de la glace

La glace étaient essentiellement extraite du plancher, parfois d'une paroi englacée. Le plancher, qui mesure environ 23 mètres de long sur 10 de large fut principalement exploité au début du XIXe siècle (PICTET 1822, THURY 1861) alors que la paroi, plus facilement exploitable constitua la source principale de la deuxième moitié du XIXe siècle (BALCH 1900).

Quantité de glace extraite

La surface exploitable était plutôt modeste comparativement à d'autres glacières et surtout aux autres ressources en glace. Du reste St-George ne fournit que 70 tonnes de glace par année en moyenne. A titre de comparaison, 300 tonnes de glace étaient parfois extraites de la glacière de Chaux-les-Passavant, 600 tonnes aux glaciers des Bossons et d'Argentière en France (MARTIN 1997) et 35'000 tonnes à la Vallée de Joux. Mais pour la cavité en question, 70 tonnes par année restent considérable.

Extraction

PICTET (1822) nous livre un descriptif de l'extraction au sein de la caverne:

"L'extraction exige le même savoir-faire que celle d'une carrière: on la taille avec des outils appropriés, en longs sillons coupés de pied en pied par des tailles transversales assez profondes pour que le bloc, d'environ un pied cube, se détache aisément. On en exploite ainsi un certain nombre pendant deux à trois heures de travail, puis on les porte un à un dans des hottes jusqu'à un entrepôt voisin où des chars viennent les charger".

Transport

Jusqu'en 1903, le transport était effectué par des mulets jusqu'à la Charbonnière, où des chars attelés de chevaux prennaient le relais. Durant les meilleures périodes, un entrepreneur utilisait plus de 60 chevaux pour assurer le transport des chariots destinés à la ville de Lausanne (PITTARD 1940).

Transport de la glace sur des chars (GODIN 1998)

Contrairement à cette illustration, on ne choisissait ni la nuit, ni même des journées particulièrement fraîches pour transporter la glace (BROWNE 1865). On l'enveloppait simplement dans des sacs de sciure pour minimiser la fonte. La glace pouvait alors se conserver plusieurs jours durant.

Clientèle

La glace était essentiellement destinée à des particuliers au début du XIXe siècle. Par la suite, elle fut envoyée à Lausanne et Genève.
On apprend par PICTET (1822) les faits suivants

"Le paysan ne fournit de la glace qu'aux propriétaires, en assez petit nombre qui passent l'été à Rolle et dans un rayon de deux lieues autour de la glacière; mais, dans les années où, comme dans celle-ci, l'hiver n'a pas fourni de quoi remplir les glacières artificielles, Genève, quoique distante de huit à neuf lieues, a recours à ce supplément. Cette circonstance se présente cette année pour la troisième fois; elle eut lieu en 1818 et 1820. Il amène à Genève, pendant l'été, tous les deux jours, environ vingt-cinq quintaux de glace, qu'il vend à l'hôpital, privilégié pour la revente, qui est un des revenus de cet établissement."

Chaque fois que les glacières artificielles étaient vides, hôpitaux et aubergistes avaient en principe recours à la glace de St-George. Aussi petite soit-elle, cette glacière eut donc toute son importance pour la région lémanique.

Mesures de protection

Pour minimiser la fonte estivale et garantir une quantité de glace suffisante, les orifices étaient recouverts de branchages durant l'été (PICTET 1822, THURY 1861). On apprend également par BROWNE (1865) qu'une loi communale interdisait à tout étranger de prélever de la glace dans la dernière moitié du XIXe siècle.


lieux frais commerce de la glace Saint-Livres
sources d'eau glace de glacier Saint-George
carrières de glace glace de lacs et rivières Autres glacières
 
plan du site contact bibliographie liens haut